Le livre d'Esther et les découvertes archéologiques

Les événements décrits dans le livre d'Esther ont eu lieu il y a un peu plus de mille quatre cents ans. Ils sont connus et il n'est pas nécessaire de les détailler ici. Je voudrais parler de certains détails de l'histoire, mieux compris grâce aux découvertes archéologiques récentes. Au cours de la période en question, sous le règne de Darius premier, il y a environ 2500 ans, l’empire perse achéménide s'étendait de l'Inde à l'Ethiopie. En raison de son étendue, l'empire comptait quatre capitales : Babylone, Ecbatane, Persépolis et Suse, capitale d'Elam. Suse était considérée comme la capitale politique et administrative du royaume et jouissait d'un statut privilégié par rapport aux autres capitales. Suse, bénéficiant d'un climat chaud, le roi et sa cour y passait les mois d'hiver. La ville était entourée par un mur solide, sur les berges d'un fleuve. A l'intérieur des murailles on trouvait le palais royal et son quartier résidentiel.

Jewish Rabbis

L'histoire de la ville comprend des périodes de développement et de richesses, mais aussi de conquêtes et de destructions par différents conquérants, parmi eux Nabuchodonosor roi de Babylone, Alexandre le Grand et plus tard les conquérants arabes. Il y a environ 700 ans, Suse a été abandonnée, ses ruines sont visibles jusqu'à ce jour. Les vestiges de l'ancienne ville se trouvent à une centaine de km au nord des côtes du golfe Persique en Iran, sur une superficie d'environ quatre kilomètres carrés. Les fouilles archéologiques ont débuté en 1851-1852 par Loftus. En 1897, une expédition scientifique dirigée par le Français Jacques de Morgan a commencé des fouilles systématiques sur le site, qui ont continué jusqu'à récemment, à l'exception d'arrêts forcés pendant les guerres mondiales et la révolution en Iran. Dans le texte de la Méguila la ville apparaît sous deux formes « Suse capitale » et la « ville de Suse ». Les chercheurs supposent que l'expression «Suse capitale » désigne le quartier royal dans la ville, tandis que « la ville de Suse »  se réfère à toute la ville.

Cette hypothèse peut être renforcée par la description rapportée au début de la méguila du festin offert par le roi à tout le peuple se trouvant à Suse capitale du plus grand au plus petit pendant sept jours dans les jardins du palais. D'après les découvertes des archéologues, l'endroit en question ne pouvait abriter que les résidents du quartier royal. Les fouilles archéologiques ont aussi montré que la ville était divisée en quatre zones : l'Acropole, l’apadana (palais royaux), un quartier royal utilisé pour le gouvernement et un quartier commerçant. Une fois qu'est devenu clair le complot d'Haman et que celui-ci avait reçu l’aval du roi ordonnant l'extermination des Juifs,  Mardochée vient à la porte du palais du roi et envoie des messages à la reine Esther pour lui demander d'agir pour s'opposer au terrible décret. Esther répond qu'elle est incapable de faire quoi que ce soit, et suite à l'insistance de Mardochée, Esther accepte de faire l'impossible pour tenter de sauver son peuple en disant « et si je dois périr, je périrai ». Cependant Esther demande à Mardochée d'ordonner à tous les juifs « qui sont à Suse » de jeûner trois jours consécutifs pour la réussite de sa mission. Le texte dit « Mardochée passa et fit tout ce que lui avait ordonné Esther ». La méguila ne précise pas sur quoi Mardochée passa et nos Sages ont eu sur ce point une discussion. Rav dit « il passa sur le premier jour de fête de pessah en le déclarant jour de jeûne ».

En général, il est interdit de jeûner un jour de fête, mais Mardochée a décidé en ce temps de détresse de repousser temporairement ce commandement afin de permettre la survie du peuple. Chmouel dit : « il a passé sur le canal ». Nos Sages expliquent que Mardochée a dû franchir un canal qui séparait le quartier royal de la ville. Les fouilles ont effectivement mis à jour l'existence d'un canal devant les murailles du quartier royal rempli par les eaux du fleuve qui coulait à proximité du palais. Le but de ce canal était évidemment d'isoler le quartier royal du reste de la ville pour ainsi le protéger. Mais pourquoi le verset a-t-il besoin de préciser que « Mardochée est passé » s'il a franchi normalement le pont-levis pour accéder du quartier royal à la ville ? Les Sages expliquent que Mardochée n'a pas traversé le pont mais a franchi le canal à la nage.

On peut supposer que les ponts qui permettaient l'accès à la ville étaient largement surveillés. Or, le texte précise que le décret concernant l'extermination des juifs n'était connu que dans Suse capitale, le quartier royal, comme il est dit « et le décret fut promulgué à Suse capitale ». L'ensemble des habitants juifs de Suse qui habitaient de l'autre côté du fleuve dans Suse ville ignorait totalement la teneur du décret comme il est dit « la ville de Suse était dans la confusion ». A ce moment, Mardochée était le seul juif à connaître la nature de l'édit royal. Il fallait à tout prix qu'il réussisse à mettre en garde ses frères juifs pour les inciter à jeûner et prier. Mais, le passage de la ville royale vers la ville d'un juif connu comme lui immédiatement après la promulgation du décret risquait d'être empêché par les gardes. C'est peut-être pour cela que Mardochée a dû franchir le canal à la nage.

Sources * livre d'Esther * Ein Yaakov Traité Meguila * Encyclopédie Biblique * Rapport public des résultats des fouilles.

Tags

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Related Articles

Back to top button
Close
Close