Articles

Mauvaises influences

Question : Nous avons déménagé il n’y a peu de temps et nous nous sommes rendus compte que notre fils s’était lié d’amitié avec certains garçons qui ne correspondent pas forcément avec ce que nous recherchons pour lui. Ce sont des garçons issus de familles religieuses, mais nous pensons, d’après ce que nous voyons, qu’ils peuvent avoir une mauvaise influence sur lui à long terme. Mon épouse et moi-même ne sommes pas forcément d’accord sur certains points. Pouvez-vous nous aider à savoir quoi faire et s’il faut l’éloigner d’eux ?

Réponse du Rav Efraïm Orchalmi : Ce n’est un secret pour personne : des enfants qui se comportent mal sont souvent des enfants qui sont influencés par d’autres. C’est certainement pour cela que l’on peut voir des enfants de bonne famille qui soudain, trébuchent et rejoignent les rues malfamées. Ainsi, il n’y a aucune limite à l’obligation qu’ont les parents de protéger leurs enfants de mauvaises influences. Nos pouvons ainsi voir la façon dont nos Sages agissent : ils s’adressent d’abord à l’enfant incorrect et seulement ensuite à l’enfant correct (‘Houlin 133). A priori, il aurait été plus intelligent de faire le contraire : montrer son importance à l’enfant qui se comporte correctement, et seulement ensuite s’adresser à l’autre enfant. A ce sujet, le Gaon Rav Haïm Kanievsky répond  qu’il existe une règle d’éducation primordiale à respecter : si nous souhaitons voir notre enfant grandir correctement, nous devons tout d’abord éloigner de lui les amis qui peuvent endommager sa Néchama ainsi que tout ce qu’il a appris jusqu’alors. Ainsi, ‘’purifier’’ l’entourage de nos enfants n’est pas ‘’encore’’ une condition pour l’éducation de nos enfants. C’est le point de départ fondamental de l’éducation. Tant qu’il gardera ces mauvais amis, il ne pourra s’imprégner des paroles de la Torah, et ce, même s’il en a la volonté. 

En hébreu, dans le mot Haver (ami) on trouve également les lettres qui composent le mot Boher (choisir) : même notre langue nous enseigne à quel point il est important de bien choisir ses amis. Si notre choix se porte sur des amis négatifs, le même mot se transforme en Hérev (épée), et la Torah nous enjoint alors ‘’Bera’h’’ de ‘’fuir’’ vers d’autres amis.

Malheureusement, il existe de nombreux parents qui ‘’jettent’’ leurs enfants dans la rue sans les surveiller d’aucune manière et sans vérifier ce qu’ils font. Une telle conduite est très mauvaise et peut conduire les enfants et la famille elle-même à subir une descente drastique de leur niveau spirituel.
 

Tags

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Related Articles

Back to top button
Close
Close