Un converti peut-il dire :"chélo 'assani goy" ?

02.07.19

Question

Question : Bonjour, je me suis converti depuis 2 ans. J'aurais voulu savoir si le matin je dois faire la bénédiction de "chélo 'assani goy". Merci de bien vouloir me répondre, tizcou lamitsvote !
 

Answer

Réponse : Chalom ouvrakha, votre question est extrêmement intéressante. Aussi, sachez que cette question a été débattue par les Richonim et qu'elle est ramenée dans le Bet Yossef au siman 46 dans le Tour Orah' H'aïm.
Dans le traité de Ménah'ot 43b, il est écrit de faire 3 bénédictions le matin :"chélo 'assani goy", "chélo 'assani 'évéd", et "chélo 'assani icha", c'est-à-dire que l'on remercie Achem chaque matin qu'il ne nous a pas créé non-juif, ni esclave et ni femme (pour les hommes). La particularité de ces 3 catégories, c'est que chacune a moins de mitsvot à accomplir que l'homme juif. Le goy n'est concerné que par les 7 mitsvot de Noah', (ne pas tuer, ne pas voler, ne pas commettre d'adultère, ne pas s'adonner à l'idolâtrie, instaurer des endroits pour y rendre justice, ne pas proférer de malédiction sur le Nom d'Achem, enfin, ne pas manger un "éver min ah'aï", une partie arrachée du vivant d'un animal). L'esclave et la femme sont dispensés des mitsvots positives dépendantes du temps comme le loulav et le choffar. Le fait d'être obligé de faire des mitsvot est un cadeau car c'est un moyen de se rapprocher d'Achem et aussi de recevoir une récompense.

C'est pour cela que ces bénédictions sont récitées en ordre ascendant. Tout d'abord, "chélo 'assani goy", car il n'a pratiquement pas de mitsvot. Puis "chélo 'assani 'évèd" (qu'Il ne m'a pas créé esclave), car il est mieux qu'un goy car il a plus de mitsvot, mais il est moins qu'une femme, car l'esclave est interdit d'épouser une juive et qu'il na pas de lignée. Ensuite, on récite "chélo 'assani icha", (qu'Il ne m'a pas créé femme), qui est dispensée des mitsvots positives dépendantes du temps. C'est ainsi qu'explique le Bet Yossef, la raison pour laquelle ces bénédictions ont été instituées. Aussi, le Choulh'an Aroukh (Orah' H'aïm, 46, 4) ramène dans la halakha, de réciter ces brakhot dans cet ordre.
En ce qui concerne de savoir si le converti peut dire la brakha de "chélo 'assani goy", le Bet Yossef rapporte le Rabbi David Aboudreém qui écrit que ces 3 brakhot font référence à notre création, c'est pour cela que le converti ne pourra la dire, lui qui a été créé goy.

Le Darké Moché pense qu'il dira "ché'assani guer", (qu'Il m'a créé converti). Il explique que cela fait allusion au verset :"et les âmes, qu'ils (Avraam et Sara) ont créés à H'aran", qui signifie qu'Avraam et Sara ont pris avec eux les gens qu'ils avaient convertis à H'aran.
Il y a un 3ème avis, le Bah' qui n'est pas d'accord sur cela, car on ne peut parler de "création divine" que sur une décision prise avec le libre arbitre de la personne de se convertir.
Enfin, le Maguen Avraam rajoute que selon la kabbala, ces bénédictions évoquent la montée de l'âme pendant la nuit, sur le fait qu'aucune âme de goy, d'esclave ou de femme ne se soient raccrochées à notre âme. Et donc, selon cette explication, il n'y aurait pas de problème de réciter "chélo 'assani goy" pour un converti.

Le Kaf Ah'aïm, le Rav Ben Tsion Abba Chaoul dans son Or létsion (tome 2, chap.4, 2) et le Yalkout Yossef (siman 46, 21) tranchent la halakha que le converti ne doit pas réciter cette brakha. Ils argumentent cela, car le Rav Yossef Karo, bien qu'il n'a pas exprimé son avis dans le Choulh'an Aroukh sur ce point, il l'a fait dans le Bet Yossef en ramenant l'opinion du Aboudréém, qui pense qu'il ne faut pas le dire, c'est pour cela que la halakha doit être de ne pas la réciter. Le Michna Broura rapporte l'opinion du Bah' et celle du Darké Moché, sans trancher, mais le Rama écrit de le dire : "ché'assani guer" comme il l'a expliqué dans le Darké Moché.
Cette question ne se pose que pour la brakha de "chélo 'assani goy", mais pour les 2 autres, il est certain qu'un converti pourra les réciter, puisqu'il a bien été créé affranchi et homme, et s'il avait été créé femme, il n'aurait pût se rendre obligé à toutes les mitsvot comme il l'est maintenant.

En conclusion, un converti d'après les décisionnaires séfarades, ne récitera pas la brakha de "chélo 'assani goy". D'après la kabbala, il pourra la dire. Enfin, selon le Rama, il dira "ché'assani guer". D'après tout le monde, il pourra dire la brakha sans citer le Nom d'Achem.
 Béatslah'a et kol touv !

 

Comments