Controverses entre les Sages: peut-il y avoir des controverses dans la Torah éternelle ?

Bonjour Oren, je vous remercie pour votre question. Tout d'abord notez que votre question indique déjà un élément important. L'histoire nous apprend que de nombreuses personnes ont payé de leur vie les questions qu'ils avaient sur leur religion. Cependant, le judaïsme encourage l'étude personnelle aux sources, et les controverses et toutes les questions sont enregistrées dans le Talmud. Le haut niveau de droiture de nos Sages a permis ce phénomène, et c'est pour cette raison que vous pouvez poser une telle question aujourd'hui. C'est donc une bonne raisons rationnelle de croire en la Torah et en sa morale puisque rien n'a été dissimulé ni aucune question éludée. Au contraire tout a été entrepris pour permettre d'arriver à la vérité la plus profonde.

Judaism

A propos de votre question, la Torah a donné aux sages d'Israël des principes de Halakha qui ont été acceptés par tous et sur lesquels il n'y a pas de controverse. Cependant, Dieu a donné aux sages l'option d'être partagés sur les détails des commandements, afin de permettre l'accomplissement de la volonté divine de différentes façons. (C'est pourquoi dans le différend qui oppose Beit Shammai à Beth Hillel, il est dit: «Ce sont les paroles du Dieu vivant»). Concrètement, voilà la réponse: jamais il n'y a eu de désaccord sur les principes de base reconnus de génération en génération. Par exemple, vous ne trouverez jamais de discussion sur la couleur ou la forme de Tefillins, ou s'il est autorisé ou interdit d'allumer un feu le jour du sabbat (même la différence entre les Tefillins dites de Rachi et celles dites de Rabbénou Tam ne se situe que sur l'ordre de placement des parchemins mais pas sur leur contenu) . Dieu a laissé la place aux controverses quand il y’a deux façons utiles à l'accomplissement d'une mitsva, mais il n'y a aucune argumentation contradictoire sur les bases d'un commandement.

Par exemple, le traité Berakhot s'interroge sur l'heure limite pour lire le Shéma le soir, mais ne demande pas si sa récitation est nécessaire … Dans le livre du « kouzari » cette question a été expliquée ainsi, « Sachez Votre Majesté qu'il n'a jamais été un conflit entre nos sages sur des principes acceptés, mais seulement sur les détails de certains d'entre eux. Prenons la sonnerie du shofar à Roch Hachana, au sujet duquel il est dit « et vous sonnerez avec des trompettes ». Pourtant, personne n'a jamais prétendu qu'un autre instrument qu'une corne de bélier était acceptable pour cette mitsva. Les litiges sont sur l'interprétation de certains points: ainsi, Rabbi Yossi est d'avis qu'une corne de vache est acceptable pour cette mitsva. Le débat ne concerne aucun des points essentiels. De même, tout le monde est d'accord que le nombre des travaux interdits le chabbath est 39, car cela fait aussi partie de la transmission ».

Le Maharal a décrit la controverse comme un arbre porteur de feuilles (Tiferet Israël, chapitre 69) « ainsi les sujets sur lesquels nos sages sont en controverse, sont considérés comme les feuilles des arbres. Il est impossible de ne pas joindre aux mitsvot des éléments d'une finesse incroyable vu l'étendue de la Torah. C'est sur ces finesses que portent les controverses, ainsi qu'il est naturel de voir des fines feuilles sur un arbre ». Il est facile de constater, qu'il n'y a jamais eu de polémique sur l'essence même des mitsvots, issues de la tradition de la Torah écrite ou orale. Il n'y a jamais eu de différend s'il faut mettre les Téfilines, réciter la prière, observer le Chabbat, et ainsi de suite. Les controverses ont étés sur les détails des lois. Les sages étaient des hommes de vérité, ils n'ont pas hésité à présenter ces différentes controverses, et ont tout fait pour trouver la voie de la vérité.

Bien sûr, la Torah n'a jamais été oubliée, et c'est un fait historique qu'après 2000 ans d'exil différentes communautés du monde entier se retrouvent en Israël avec la même Torah et les mêmes commandements – les phylactères (tefillins), les tsitsits, le Seder de Pessah… C'est ce qui a été promis par le prophète au nom de Dieu (Isaïe chapitre 59): «Ceci est mon alliance avec eux », dit Dieu, « mon esprit qui repose sur vous et les paroles que je mets dans ta bouche ne la quitteront pas, ni de ta descendance ». Vous devez savoir que de nos jours aussi, les rabbins décisionnaires se reposent sur le même ensemble de lois que les autorités halakhiques depuis des générations. C'est pour cela que nos maîtres nous ont ordonné  « Fais toi un maître et écarte toi du doute» (Maximes de nos pères, 1, 16). Dieu attend de nous que nous suivions nos Rabbins, chacun selon sa coutume car « cela et cela sont les paroles du Dieu vivant ».

Cordialement,

Daniel Blass

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Related Articles

Back to top button
Close
Close