Histoire vraie : Qui est le dernier de la liste noire?

Note de l'éditeur : Cette histoire ne vient en aucun cas encourager les séances de spiritisme strictement interdites par la Torah, et qui peuvent conduire à de graves conséquences.

Tard dans la nuit, Remy soldat de l'unité d'élite « golani », est passé entre les positions avancées sur le mont Hermon. Il a été surpris de voir dix soldats assis autour d'une table, avec des bougies vacillantes sur le côté. Quelqu'un a expliqué qu'ils étaient au milieu d'une séance de spiritisme, c'est à dire en train de communiquer avec des âmes de défunts. Rami ricana: «Vous avez reçu le bonjour de l'au-delà… ? » Après avoir vu la tasse en verre placée à l'envers sur la table des lettres commencer à bouger, le sourire s'est vite évanoui. Les lettres qui s'assemblaient racontaient qu'une non-juive enterrée sur le plateau du Golan voulait se venger de l'un des soldats monté avec un véhicule blindé sur sa tombe. Puis les participants ont communiqué avec un soldat tué durant la guerre du Kippour. Le mort a raconté ce qui lui était arrivé depuis sa mort. Il suppliait pour qu'on récite le Kaddish pour son âme et demandait qu'on le libère de cette séance qui lui causait beaucoup de peine.

Remy avait encore du mal à croire. Le défunt suivant interrogé était un soldat qui avait servi avec eux et qui avait été tué dans un accident quelques mois auparavant. Remy a demandé au défunt des questions dont les réponses étaient connues de lui seul, mais l'esprit répondait en conséquence. Ensuite, on a demandé à l'esprit quant aurait lieu la prochaine guerre. Il a répondu « Sivan תשמב ». Quelqu'un a expliqué que c'était vers le milieu de 1982, soit deux ans plus tard. Alors on a demandé « Sais-tu qui sera tué de l'unité ? » L'esprit a cité 12 noms, y compris celui de Remy.

Un des soldats a appelé cela la liste noire.

Remy ne pouvait pas dormir, cette prophétie le terrifiait. Puis il s'est rappelé plus tard qu'en juin 82, il serait quatre mois après sa libération de l'armée et servirait seulement dans une unité de réserve. Cela l'a calmé, il s'est alors endormi. Les soldats de l'unité ont continué à parler de la séance de spiritisme, mais au bout d'un moment tout a été oublié.

Un an et demi plus tard, Remy a été libéré de l'armée et s'est inscrit au Technion. A Chavouot תשמב, il a été appelé d'urgence pour rejoindre son unité de réserve et remplir une mission en territoire libanais.

Le premier soir, quatre soldats de la liste noire ont étés tués.

Après environ une semaine d'affrontements deux autres militaires ont étés tués.

Quelqu'un a dit, « Vous souvenez-vous la séance il y a deux ans? La date est exacte et déjà six personnes de la liste ont disparus… » Remy s'est rappelé, mais il ne voulait pas y penser.

Il a fallu quelques jours et trois autres soldats de la liste ont étés descendus par des terroristes.

Un ordre de mission concernant trois soldats est arrivé alors. Trois hommes ont été sélectionnés pour attaquer vers minuit une colline surplombant un village, ouvrir le feu pour détourner l'attention des cibles et permettre l'attaque de la force principale. Les trois hommes étaient les derniers survivants de la fameuse liste noire… Remy et deux soldats sont descendus dans l’oued sombre en se cachant parmi les plantes sauvages.

Un coup de feu a été tiré, et le soldat à côté de Remy réussit juste à crier « Je suis mort! … »

Le commandant a ordonné aux deux de continuer. Les soldats se déplaçaient prudemment vers la colline.

L'autre soldat a soudainement disparu sans un bruit.

Remy s'est dit qu'il avait dû être tué au couteau. Avec horreur il réalisa qu'il était le dernier homme encore en vie de la liste noire. Il se déplaçait silencieusement vers la villa entourée d'une clôture, son doigt sur la gâchette en état d'alerte. Jetant un coup d’œil à ses côtés, il sentit soudain que quelqu'un sautait sur lui, en criant «Allahu Akbar ! » Un terroriste avait sauté d'un arbre avec un grand couteau, lui cassant les dents en le projetant sur un arbre. Remy a réalisé qu'il était dans un combat décisif au corps à corps pour la vie ou pour la mort. Le soldat et le terroriste se sont sautés dessus comme des animaux sauvages. Remy a essayé d'éviter le couteau du terroriste, qui finalement atteint sa hanche gauche. Remy sentait ses forces décliner, ses membres étaient lourds et il a pensé que son histoire se terminait. L'espace d'un instant, il a vu les images de sa vie défiler devant ses yeux, ses parents, ses frères et sœurs, ses cousins, ses amis … Maintenant, à 22 ans, il allait se séparer de tout ce monde. Puis il se souvint qu'il avait reçu, enfant, un livre de peintures sur les histoires bibliques qu'il aimait beaucoup, avec une photo de Jacob luttant contre l'ange. A cet instant, il sentit que seul Dieu pouvait le sauver, et il l'implora de tout son cœur.

Il sentit sa douleur disparaître et ses forces lui revenir. Bondissant sur le terroriste, il écarta son couteau, le saisit à la gorge et l'étrangla de toutes ses forces jusqu'à que ses doigts soient remplis de sang. Puis, il lui logea une balle dans la tête.

Les bruits des tirs entendus dans le fond guidèrent Remy qui réussit à ramper avec le reste de ses forces jusqu'à l’unité. Deux soldats le portèrent vigoureusement vers l'hélicoptère de sauvetage. En chemin, trois balles le frappèrent et arrivé à l'hélicoptère il perdit connaissance.

Après le douloureux réveil à l'hôpital, Remy se mit à réfléchir à la séance de spiritisme et une forte volonté de savoir s’il y a une vie après la mort le gagna. Deux ans après, alors qu'il travaillait comme agent de sécurité dans le Nord, Remy se trouvait à Safed en route pour Tel-Aviv. Quelques minutes avant son départ, il vit une annonce qui titrait «la vie après la mort, conférence sur les séances de spiritisme, la réincarnation, l'hypnose, la kabbale et la science. » Remy se dit qu'il avait enfin une occasion en or pour clarifier la question qui le tracassait. Ses amis prétendaient que tout ça n'était que du lavage de cerveau, œuvre de missionnaires, mais il était décidé à rentrer. La salle était pleine et sur l'estrade, quelques rabbins barbus et couverts de larges chapeaux étaient assis. Ses yeux s'assombrirent, mais il se promit de rester au moins dix minutes, puisque de toute façon il avait raté son bus. Dix minutes plus tard, fasciné, il ne pouvait pas se lever de sa chaise. Après cette soirée, Remy a commencé à étudier le judaïsme régulièrement, d'abord pour en savoir plus sur la vie après la mort, puis, sur de la vie avant la mort.

 

L'histoire est incluse dans le livre de Oded Mizrachi, “עין רואה“, publié par «ראש יהודי ».

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Related Articles

Back to top button
Close
Close