Articles

Elle a refusé un emploi pour le laisser à une autre…

L’histoire se passe à Ramat Gan. Une entreprise appartenant à une famille pratiquante était à la recherche d’une secrétaire expérimentée.

La société a donc publié une petite annonce à ce sujet. Après plusieurs appels reçus et un premier tri, le chef d’entreprise a convoqué quelques personnes susceptibles de correspondre à ce poste.

Parmi les candidates, se trouvait une femme orthodoxe, mère de six enfants, et qui avait grand besoin d’une source de revenus pour sa nombreuse famille.

A ses côtés, dans la salle d’attente se trouvait également une jeune fille, célibataire, jolie, discrète et particulièrement brillante. Tout en attendant leur tour, les deux femmes se mirent à discuter de choses et d’autres.
Le tour de la mère de famille arriva et elle se dirigea vers le bureau tout en souhaitant un chaleureux ‘’bonne chance’’ à la jeune fille dont elle avait fait la connaissance.

L’entretien se passa bien, elle répondit aux questions posées, puis, on lui annonça qu’on la tiendrait au courant prochainement.

Ce fut ensuite le tour de la jeune fille d’entrer. Elle se présenta et impressionna beaucoup les dirigeants, hormis le fait qu’elle était célibataire et qu’elle aurait sûrement plus de temps pour s’investir dans son travail. A la fin de l’entretien, le patron lui annonça : ‘’Si vous le souhaitez, vous pouvez commencer dès demain matin à huit heures précises. Le salaire est de 10 000 NIS net par mois, voiture de fonction à disposition.’’

La jeune fille réfléchit quelques instants et s’adressa au patron : ‘’Après mûre réflexion, j’aurais vraiment souhaité travailler pour vous, mais je préférerais que vous donniez ce poste à la femme qui s’est présentée avant moi. Tout d’abord, elle a beaucoup plus besoin de ce travail que moi, mais en outre, j’ai vu qu’elle était une véritable femme vertueuse et je pense que vous ne serez pas déçus d’elle !’’

Les dirigeants essayèrent de la convaincre à plusieurs reprises de revenir sur sa décision mais elle ne revint pas sur ses paroles, les remercia, se leva et quitta l’entreprise.

L’autre jeune femme reçut le poste en question et devint donc la secrétaire de la société.

‘’Une pigeonne’’ auraient dit certains de notre génération à la jeune fille.

Mais le Saint-béni-soit-Il a d’autres paramètres qui entrent en compte…

Quelques jours après cet évènement, la jeune fille reçoit un appel.

‘’Bonjour, je suis Mikhal. Je me présente, je suis l’épouse du gérant de la société pour laquelle vous avec postulé il y a quelques jours. J’ai entendu la façon dont vous avez réagi et avec quelle force vous avez refusé ce poste au bénéfice d’une femme qui en avait plus besoin que vous. J’ai été très impressionnée par votre bonté et j’apprécierai vraiment vous rencontrer.’’

Après plusieurs rencontres entre les deux femmes, Mikhal, l’épouse du patron de la société avoua à la jeune fille que leur fils était en âge de se marier, qu’il étudiait la Torah, qu’il était assidu et avec de bons traits de caractère. Elle lui proposa de le rencontrer.

Deux semaines plus tard, les deux jeunes gens célébrèrent leurs fiançailles…

Cette jeune fille qui renonça à ce poste se retrouva d’un seul coup la propriétaire de l’entreprise…

Lorsque l’on renonce à certaines choses dans la vie au bénéfice des autres, gratuitement, sans rien attendre en retour, Hachem  nous comble.
On a l’impression de donner et en réalité, on reçoit bien plus…. Car Hachem ne reste jamais redevable envers nous !
 

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Related Articles

Back to top button
Close
Close